logo
oomycetes

Les oomycètes


Un oomycète, c’est quoi ?

Dans « oomycète » on entend « mycète », c’est-à-dire champignon. Autrefois, on pensait que les oomycètes étaient des champignons.

classification phylogénétique simplifiée
Les champignons dans la classification du vivant

Pour commencer, oomycètes et champignons forment des filaments de cellules.

En outre, ils n’ont pas de chlorophylle ni aucun pigment permettant de produire de la matière organique par photosynthèse.

Mais on peut observer des différences au microscope et grâce à des analyses chimiques. Au final, dans la classification phylogénétique du monde vivant, les oomycètes sont plus proches des algues brunes que des champignons.

  • A un stade de leur vie, les êtres vivants peuvent posséder une cellule flagellée. C’est le spermatozoïde pour l’humain par exemple. Comme notre spermatozoïde, la cellule les végétaux, ont une cellule flagellée qui a deux flagelles différents (un lisse et un plumeux). Ils appartiennent au groupe des bicontes = hétérocontes.
  • Si on analyse la paroi des cellules, on trouve de la cellulose chez les oomycètes, les végétaux et les algues. On ne trouve pas de chitine comme dans la paroi des cellules fongiques, les cuticules externes des insectes, la carapace des crustacés, la nacre des coquillages…
  • L’analyse des substances de réserve rapproche les oomycètes des algues brunes comme la laminaire. L’amidon permet aux végétaux de mettre en réserve des glucides (dans les grains de blé ou les tubercules de pomme de terre par exemple). Oomycètes et algues brunes ne produisent pas d’amidon. Ils stockent les glucides sous forme de laminarine.

Les oomycètes, on les voit où ?

Les Oomycètes sont communs dans l’eau et sur les déchets organiques. Beaucoup sont saprophytes, c’est-à-dire font partie des organismes qui se nourrissent en participant à la décomposition des feuilles et branches mortes, petits animaux morts etc.

Les oomycètes peuvent-ils provoquer des maladies ?

Dans des bassins à forte densité, une maladie peut toucher les poissons rouges et koÏ. Un oomycète du genre Saprolegnia libère des spores. Ces spores peuvent former des kystes dans l’eau. Ces kystes produisent des spores qui s’accrochent aux poissons et forment des kystes sur les hôtes. Des filaments se développent alors et envahissent l’épiderme et le derme en rongeant les tissus, formant des plaques visibles. Non traités, les poissons peuvent en mourir.

En horticulture, la fonte des semis est due des oomycètes du genre Pythium.

Tristement célèbre, le genre Phytophtora appartient aussi au groupe des oomycètes : l’espèce Phytophthora infestans est l’agent du mildiou de la pomme de terre à l’origine de la grande famine en Irlande des années 1845-1851. Deux autres Phytophtora sont responsables de la maladie de l’encre qui décime les châtaigniers, particulièrement dans les forêts franciliennes comme la forêt de Montmorency (Val d’Oise).

Le mildiou de la vigne est quant à lui dû à un autre oomycète : Plasmopara viticola.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *